« Le Scorpion – 4. Le démon au Vatican », Marini et Desberg

Le Destin a posé sa marque

Que peut une obscure vérité face à la puissance de la tradition ? Telle est la question qui nous guide tout le long du 5ème tome de la saga « Le Scorpion » !

Toujours publié chez les éditions Dargaud, avec pour auteur Marini et Desberg, la lutte du Scorpion contre le nouveau pontife continue de faire rage.

Résumé :

La fumée blanche confirmant l’élection d’un nouveau pape s’est élevée au-dessus du Vatican. Mais, n’est-ce pas le démon qui vient de ceindre la tiare pontificale ? Sur la foi d’un signe merveilleux, le sombre cardinal Trebaldi s’est fait élire à la succession de saint Pierre…

Un miracle aurait fait apparaître la croix de saint Pierre au coeur de la ville éternelle, dans les entrailles mêmes du palais ancestral des Trebaldi ! Chercheur réputé de reliques lucratives, le Scorpion a suffisamment décortiqué les textes anciens et fouillé les sous-sols de Rome pour avoir des doutes sur l’authenticité de cette miraculeuse et très opportune apparition. Il est vrai que la tradition de l’Eglise situe le martyre de l’Apôtre à Rome.

Un des rares cardinaux à encore oser s’opposer à l’orgueilleux Trebaldi charge le Scorpion de retrouver la vraie croix, seul moyen de dénoncer l’illégitimité du nouveau souverain pontife. Pour mener à bien cette difficile mission, il lui faut échapper à la vigilance des moines guerriers à la solde de Trebaldi. Il lui faut en outre prendre la route d’Istanbul et se lancer à la découverte d’un passé fort mystérieux.

Une quête inattendue

Alors que Trebaldi est monté au pouvoir par un « miracle » des plus opportuns, ses détracteurs se font très rares. Néanmoins, les derniers téméraires osant encore faire entendre leur voix contre celui qu’ils considèrent comme un usurpateur se réunissent dans le plus grand des secrets afin de confier une mission inattendue à l’ennemi juré de Trebaldi : le Scorpion. En effet, notre héro a su se forger une réputation grâce à sa carrière de dénicheur de saintes reliques, et lui-même connait suffisamment les sous-sols de la ville antique pour savoir qu’une telle croix n’a jamais dormi là. Supporté par ses nouveaux alliés, il s’élance dans une course folle en quête de la vérité.

Mais Trebaldi n’est pas dupe. Il se doute bien que ses derniers détracteurs ne resteront pas les bras croisés. C’est pourquoi il envoie ses moines guerriers éliminer ses rivaux afin de les empêcher de parler. Toutefois, l’un d’entre eux aura le temps de mettre le Scorpion sur la piste de la véritable relique.

Et la lumière fut, un bref instant. Une faible lueur sur les lointaines origines. Mais que peut une obscure vérité face à la puissance de la tradition à travers les siècles et les siècles ?

Une course contre la montre

En apprenant la nouvelle, le nouveau pape comprend que son destin est sur la sellette. Le seul moyen pour lui de garder le pouvoir qu’il vient d’acquérir est de faire taire définitivement toux ceux qui connaissent la vérité. C’est pourquoi il lance ses hommes de mains à la poursuite de son dernier détracteur, dont leur chef est plus déterminé que jamais à rattraper le Scorpion et sa bande. Leur quête respective les mènera tous par-delà les rivages.

Au-delà du fait d’être pressé par le temps, cette traversée des eaux est aussi pour notre héro une sorte de voyage initiatique. En effet, élevé par son grand-père qui était lui-même fasciné par les terres situées outre méditerranée, il marche ainsi sur les traces de cet aïeul qu’il chérit tant. Ses flashback ponctuent la traversée tout du long, nous permettant une fois de plus d’en apprendre plus sur lui et son passé.

Le voyage vers l’Orient ressemble toujours à un fascinant retour aux sources. Notre esprit n’est-il pas né nos espoirs n’ont-ils pas pris forme là-bas ? Où d’autre pourrions-nous aller pour chercher à la fois notre passé et notre avenir ?

Des alliances insoupçonnables

Accompagné de son fidèle compagnon des balkans ainsi que de la mortelle Méjaï, le Scorpion poursuit sa route. La maîtresse des poisons, quant à elle, est poursuivie par un homme de son passé qui n’aura de cesse de la traquer tant qu’elle n’aura pas rendu son dernier souffle. C’est pourquoi son unique solution de repli est de faire alliance avec notre héro qui, jusqu’à il y a peu, était l’une de ses cibles. Méfiant, elle prend conscience que la protection du Scorpion, tout comme sa confiance, sont des privilèges qui se méritent.

La Méjaï n’est pas la seule à graviter autour de notre héro. En effet, tapis dans l’ombre depuis le début de la saga, deux antagonistes entrent dans la lumière pour lui proposer leur aide. Mais il ne faut pas oublier que les habitants de Rome ont le complot dans le sang, et que la trahison est pour eux une seconde nature…

La liberté, c’est surtout garde l’illusion qu’on peut encore choisir.

🦊🦊🦊🦊🦊/5


C’est ainsi que se termine notre chronique du jour !

Désormais, les articles sortiront le lundi, le mercredi et le dimanche ! J’espère vous voir au rendez-vous ! 😘

En attendant de nous retrouver, je vous invite à aller faire un tour sur mon Instagram.

Et si vous le souhaitez, mes précédents articles sont là aussi pour vous distraire ! 😉

« LE SCORPION – 2. Le secret du Pape », Marini & Desberg

Le Destin a posé sa marque

Les superstitions, même infondées, sont souvent une arme redoutable permettant de faire déplacer des montagnes. L’Histoire nous en a apporté la preuve plus d’une fois : des femmes atteintes d’épilepsie accusées de sorcellerie, des génocides basées sur des croyances sans fondements,… Dieu merci, grâce à l’avancée de la science, nous pouvons désormais nous vanter de vivre dans une période « éclairée ». Mais imaginez les conséquences dramatiques que peuvent avoir des croyances insensées dans un siècle plus sombre où la science est presque inexistante ?

Bien le bonsoir jeunes gens !

Sur mon Instagram, mon post sur le 1er tome de la saga du Scorpion vous a énormément plu, et ça me fait vraiment très plaisir ! Aujourd’hui je reviens vers vous pour vous parler du tome 2 : Le secret du Pape ! Toujours publiée chez la maison d’édition Dargaud, les auteurs nous régalent avec le second opus de cette BD.

Un passé qui se répète

Lors de l’ouverture du 1er tome, nous découvrons un complot politique orchestré par les familles les plus puissantes du Rome afin de garder le pouvoir entre leurs mains et contenir les populations. Ici, l’histoire se répète, cette fois quelques siècles plus tard, et ce second volet nous dévoile les descendants de ces familles tenir une conversation que l’on commence à bien connaître.

Pour ces familles « fondatrices », la religion n’est en rien un guide spirituel pour eux, mais bel et bien l’objet d’une machination à l’origine d’une très grande partie de l’Histoire du monde. La religion catholique est en quelque sorte prise en otage et est instrumentée pour permettre aux protagonistes de parvenir à leur fin. Quant à l’un d’eux, qui n’est autre que l’antagoniste de l’intrigue principale de cette saga, on commence à comprendre que lui – plus que quiconque – a tout intérêt à ce que se complot porte ses fruits car il semble avoir à cacher un très lourd secret…

Le scorpion est un animal redoutable, qui se cache sous terre le jour et sort la nuit pour chasser. Depuis la nuit des temps, l’homme l’a toujours craint. Car son poison est souvent sans pardon. Un enfant marqué dès sa naissance par le Diable n’a que la vie devant lui. Mais la vie n’est-elle pas plus belle ainsi, débarrassée de tout espoir, de toute illusion de récompense divine ? Pour un scorpion, après la mort, il n’y aura jamais qu’un retour vers le chaos infernal de sa malédiction !

Des flash-back révélateurs

Le premier tome de cette BD nous avait fait découvrir un héro torturé mais dont les origines de son calvaire restaient totalement mystérieuse. Quelque chose le lie inexplicablement à son ennemi, et rien ne nous permettait de comprendre pourquoi ni comment. Le mystère était complet. Dans cette suite, on découvre l’histoire du Scorpion, et plus précisément sur sa famille. On apprend alors comment est décédée sa mère, et qui a élevé le héro suite à ce drame.

Vous le savez tous, pour avoir un enfant, il faut nécessairement deux parents. Depuis le début de cette histoire, une ombre planait au-dessus de l’identité de ces personnages. Ici, après avoir appris ce qu’il était advenue de la mère du Scorpion, celui-ci continue d’ignorer l’identité de son père. Malgré ses recherches intensives pour le découvrir, nombreux sont ceux souhaitant l’empêcher de faire la lumière sur cette partie de son histoire. Après de nombreux rebondissements, la vérité éclate enfin, et le Scorpion comprend maintenant pourquoi son ennemi juré lui veut autant de mal : son père et lui sont en danger.

Une montée au pouvoir

Comme s’il n’y avait pas suffisamment de mystère comme ça, un autre complot voit le jour. Comme on dit souvent : quand il n’y en a plus, il y en a encore ! En effet, le cardinal Trebaldi, ennemi juré du Scorpion, est avide de pouvoir et a minutieusement mené sa barque pour obtenir ce qu’il convoite depuis toujours : le trône de Saint Pierre. Toutes les pièces du puzzle s’enchevêtrent à une vitesse folle dans l’esprit du héro qui, malgré tous ses efforts, ne parviendra pas à empêcher le cardinal d’accéder au pouvoir. Malgré tout, rien ne le décourage. Scorpion est bien décidé à faire triompher la vérité, et il se met derechef en chemin, en direction d’une toute nouvelle piste.

L’antagoniste n’est pas le seul à monter en puissance dans ce deuxième tome. En effet, les personnages féminins ne sont pas en reste (et mon esprit de féministe est bien content !). Alors qu’elles étaient effacées depuis le début de l’histoire, elles commencent à s’approcher du devant de la scène et sont de plus en plus présentes dans l’intrigue. Pour l’une d’entre elles, on sent qu’elle aura un rôle important à jouer, même si pour le moment on ne sait absolument rien d’elle.

Le scorpion tient sa proie entre ses pinces et tue avec son aiguillon venimeux. Mais il est loin d’avoir le monopole du poison. Dans les veines de Mejaï coulait du sang Egyption, un sang qui avait adoré jadis Amon-Râ et ne reconnaissait ni Dieu ni Diable. Frère et sœur par le venin, le scorpion et la vipère n’étaient-ils pas destinés à se rapprocher instinctivement ?

🦊🦊🦊🦊🦊/ 5


Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce nouvel opus de cette BD chère à mon cœur, et je suis encore plus accro à cette histoire ! Vous ne trouvez pas que l’intrigue est folle ?! Et ce Scorpion… Ah la la, il fait chavirer mon cœur 💔

Bientôt arriveront les prochaines chroniques sur la suite des aventures de notre héro préféré, alors si vous ne voulez rien loupé, je vous invite à vous inscrire à la newsletter !

Et si tu ne peux pas attendre que la prochaine chronique sorte, tu peux aller passer ta curiosité sur mon compte Instagram !

Derniers articles

« LE SCORPION – 3. La croix de Pierre », Marini & Desberg

Le Destin a posé sa marque Bien le bonjour jeunes gens L’homme peut parfois avoir des réactions démesurées. C’est pourquoi je vous conseille vivement de ne jamais détruire le but qu’un homme a cherché toute sa vie et qu’il touche enfin du doigt. Car sa colère sera sans limite. Tel est le fil conducteur de … Lire la suite « LE SCORPION – 3. La croix de Pierre », Marini & Desberg

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.